Flash info
Accueil
Géographie
Histoire
Municipalité
La vie du village
Ecoles
Associations
Contacts et liens
Flux RSS
Téléchargement
Accueil Histoire Les racines du Pays Les racines du Pays - Chapitre 3
Les racines du Pays - Chapitre 3

ClovisAprès les conquêtes de Clovis, l’empire mérovingien divisé entre les héritiers mâles à la mort de chaque roi, s’émiette. Ainsi, au 7ème siècle, Metz devint la capitale de l’Austrasie : Lorraine et Alsace actuelles. Et c’est le royaume de l’est qui finit par imposer sa volonté aux autres fractions de l’empire.

Dans ce morcellement général, le massif vosgien est encerclé par des monastères. Ce mouvement missionnaire venait de loin : d’Egypte vers 315 avec Saint-Pacôme, de Palestine, du Liban, de la Syrie. En 360, Saint Basile impose la règle des Bénédictins (Saint Benoit).

Saint Colomban, moine Irlandais fonde le monastère de Luxeuil et de Fontaines qui compte 200 moines. Ce foyer spirituel se met à rayonner et de petits groupes de moines partent évangéliser les populations de la forêt et de la montagne disséminées dans les innombrables vallées.

Ces centres religieux furent aussi des centres d’exploitation agricole et de rassemblement de la population. En 660, Childéric II, roi d’Austrasie, envoya Dieudonné, (évêque de Nevers qui avait renoncé à l’épiscopat pour se vouer aux travaux de prédication) en mission évangélique. Il vint dans les Vosges au confluent de la Meurthe et du Robache. Il nomma Val de Galilée le vallon qui se développait devant lui. Il donna à la montagne qui forme la nouvelle Galilée à l’est le nom d’Hermont (Ormont par corruption) où il va fonder son monastère. Le territoire de Nayemont à cette époque se fondait dans le Val de Galilée, cette étendue de pays de 7 lieues de long et de 5 lieues de large.

Déodat, disciple de Dieudonné, arrive dans le Val de Galilée en 669. Il avait pouvoir du roi d’Austrasie sur tout le Val de Meurthe (à prendre des sources sur toutes les rivières et ruisseaux qui l’arrosent jusqu’à leur sortie). Cela comprenait la Haute Meurthe, la Fave, la Morte et le Taintroué. Il obtenait également les pleins pouvoirs spirituels grâce à un privilège accordé par l’évêque de Trèves (664). Le monastère peut ainsi organiser son territoire et entamer une véritable colonisation.

18 églises furent construites du vivant de Déodat, donc avant 679. 13 cellules s’installent d’abord :

  • Bertrimoutier sous le patronage de St Jacques et de Ste Berthe
  • Provenchères sous le patronage de Ste Catherine
  • Colroy et Lusse sous le patronage de St Jean Baptiste
  • Wisembach sous le patronage de St Barthélémy
  • Ban de Laveline placée sous le vocable de l’assomption de Notre Dame
  • Mandray sous le patronage de St Jacques et St Martin
  • Fraize sous le patronage de St Blaise
  • Clefcy sous le patronage de Ste Agathe
  • Anould sous le patronage de St Antoine
  • Saulcy sous le patronage de St Georges
  • Saint Léonard sous le patronage de St Pierre et St Lyénard
  • Sainte Marguerite sous le patronage de Ste Marguerite

Au 7ème siècle, nos vallées s’organisent sous l’autorité des moines. Les 18 cellules installées sont regroupées et érigées en églises, représentant ainsi une communauté de chrétiens, sorte de relais de l’autorité monastique à travers la campagne.

Le Monastère devient un centre administratif, économique, religieux et culturel. Les moines du haut moyen âge, habiles à manier la serpe et le goupillon, sont de véritables colonisateurs. Ils partent à la conquête d’hommes à christianiser et de terres à cultiver, n’hésitant pas à renverser les idoles païennes.

Ces précurseurs rencontrent une population de paysans, de petits propriétaires aidés d’esclaves et d’artisans que les nobles faisaient travailler. Tout porte à croire qu’au Val de Galilée et à travers la haute Meurthe, la mainmise des princes devait rester lâche en raison de certaines zones habitées par une population récalcitrante.

Déodat, sujet de Childéric et seigneur de tout le Val de Galilée installe la féodalité. Au 7ème siècle, l’Austrasie pénètre réellement son épicentre qu’est la Déodatie.

Après la mise en place progressive des villages autour de l’église, les antiques domaines ruraux gallo-romains disparaissent. Le paysage se sonorise avec la volée de cloches destinées à rassembler le peuple ou à l’inviter à prier.

Les régions s’individualisent, la langue rustica romane y dérive et ne permet plus les échanges culturels interrégionaux, seule l’église dépasse les particularismes avec le latin pour langue de communication.Charlemagne

Les missionnaires, tel Colomban, sont des nomades qui colportent les acquis spirituels, techniques et scientifiques.

Ainsi, au 7ème siècle, l’église (le Moté) élance son architecture au-dessus du village, rythme au son des cloches toute l’économie rurale et le Dieu omniscient aux tréfonds des consciences.

Au 8ème siècle, Charles Martel réunifie l’ensemble du royaume. L’église et les Carolingiens s’épaulent mutuellement. Cependant à la suite des guerres, des partis se formèrent qui ravagèrent les monastères. Celui de Galilée aura résisté au détriment des habitants. Le pays fut pillé et livré à la famine.

Puis Charlemagne arrive…

 

Les racines du Pays - Chapitre 2Les racines du Pays - Chapitre 4