Flash info

 

Accueil
Géographie
Histoire
Municipalité
La vie du village
Ecoles
Associations
Contacts et liens
Flux RSS
Téléchargement
Accueil Histoire Les racines du Pays Les racines du Pays - Chapitre 1
Les racines du Pays - Chapitre 1

 

L’histoire de notre village est liée à celle du château du Spitzemberg. Celui-ci fut édifié vers 900 sur des ruines gallo-romaines. En même temps que les autres forteresses de la région qui servirent de refuge lors des invasions hongroises de 915 à 950.

La seigneurie du Spitzemberg faisait partie du duché de Lorraine créé en 959 par l’empereur germanique Othon 1er. Il faudra attendre fin 1400 pour que le duché devienne indépendant.

Au 12ème siècle, la seigneurie appartenait aux seigneurs de Parroye (illustre famille lorraine éteinte maintenant). Sous la suzeraineté du duc qui en devint propriétaire en 1243, le château fut renforcé, habité par un officier et une garnison.

Le village d’Ayemont (Nayemont), les Hautes-Fosses (ou Cognolles), les Basses-Fosses (ou Simonelles) font partie du domaine. Cognolles ou Simonelles étant les patronymes des familles installées dans ces lieux.

En 1243, le château du Spitzemberg est définitivement propriété du duc de Lorraine. L’officier et sa garnison qui l’habitent sont chargés de la garde et de la défense, notamment de Saint-Dié.

La mort du Téméraire à Nancy en 1477 est attribuée à Claude de Bouzemont, châtelain de Saint-Dié Spitzemberg.

Christine de Danemark, veuve du Duc de Lorraine François 1er et mère du Duc Charles III réside longtemps au château vers 1550. En 1560, elle accorde aux habitants de la châtellenie de Spitzemberg le droit d’usage dans les bois de la goutte d’Ayemont. A cette époque, Ayemont était le chef-lieu du doyenné dont dépendaient Hautes-Fosses et Basses-Fosses.

Christine fit aménager des chemins forestiers pour ses promenades. L’un d’eux est encore appelé « chemin de la Reine ».

La garde au château était une servitude à l’origine d’incidents avec le chapitre de Saint-Dié et avec Sainte-Marguerite. Il fut possible d’être dispensé du tour de guet en s’acquittant d’un impôt en nature, généralement seigle ou avoine.

 

Les racines du Pays - Chapitre 2